Projet Compas

 

mpiandalana-compas

 

L’Association ANTILIN’I MADAGASIKARA, membre de l’Organisation Mondiale du Mouvement Scout, (OMMS) met tout en œuvre pour s’adapter à l’évolution de la jeunesse.

« Penser globalement, agir localement »

D'après les recherches scientifiques de chercheurs du CNRS-France, Madagascar était déjà peuplé il y a plus de 2 000 ans avant l'ère chrétienne.

Les nombreuses recherches pluridisciplinaires récentes confirment toutes que l'ensemble du peuple malgache est primordialement originaire de l'archipel indonésien. Arrivés probablement sur la côte Ouest de Madagascar en canoë à balancier (waka) au début de notre ère - voire 300 ans avant selon les archéologues et peut-être encore plus tôt selon certaines hypothèses des généticiens. Ces pionniers navigateurs austronésiens sont connus de la tradition orale malgache sous le nom des Ntaolo (de tau - ulu - "les hommes premiers", "les anciens", de tau-"hommes" et ulu-"tête", "premier", "origine", "début" en proto-Malayo-Polynésien (MP). Il est également probable que ces anciens se nommaient eux-mêmes les Vahoaka (de *va-*waka "peuple/ceux des canoës" ou "peuple de la mer", de *waka-"canoë (à balancier)" en proto-MP), terme signifiant simplement aujourd'hui le "peuple" en malgache.

Les premiers Européens qui découvrent l’île en 1500 sont les Portugais, sous la conduite de Diogo Dias, À partir de 1920, le plan Albert Sarraut permettra de réaliser des équipements d'infrastructure : 14 500 km de réseau routier, aménagement des ports de Tamatave détruit en 1927 et de Diego-Suarez, ajout de voies ferrées vers Antsirabe et Lac Alaotra (1923) et ligne Fianarantsoa-Manakara (1936). Les investissements privés suivront dans le domaine agricole (café, riz, vanille, girofle), minier (graphite, mica) et industriel (rizeries, sucreries, conserveries, travail du bois). Ces transformations entraineront l'insertion de la Grande Ile dans les circuits économiques internationaux et des mutations importantes de la société malgache.

En 2013, Madagascar est devenu le pays le plus pauvre du monde. C'est bien sûr la conséquence d'une situation économique chroniquement précaire. Mais aussi de la crise politique qui paralyse le pays depuis plus de quatre ans.

Selon le rapport de la Banque mondiale, Madagascar est actuellement quatre fois plus pauvre qu’en 1960 malgré le fait qu’il a des ressources naturelles qui pourraient être exploitées pour soutenir l’économie. Ainsi, neuf Malgaches sur dix vivent aujourd'hui avec moins de 2 dollars par jour.  92% de la population malgache vit sous le seuil de pauvreté.

La croissance économique de Madagascar a ainsi connu un déclin si bien que le pays se classe actuellement parmi les pays les plus pauvres de la planète. Sur 155 pays pour lesquels une mesure est disponible, seulement 19 pays, dont Madagascar, ont connu une régression économique cumulative pendant les 20 dernières années.

mada pauvreté

La croissance économique de Madagascar a ainsi connu un déclin si bien que le pays se classe actuellement parmi les pays les plus pauvres de la planète. Sur 155 pays pour lesquels une mesure est disponible, seulement 19 pays, dont Madagascar, ont connu une régression économique cumulative pendant les 20 dernières années.

Arrivé à Madagascar en 1923, le scoutisme catholique a été fondé en premier, le 23 mars, sous le nom de Scouts de France de Madagascar,  avec  le premier groupe 1er  Tananarive, troupe Jean de Laborde, dont l’aumônier sera longtemps le R.P. du Mas de Paysac. L’annuaire SDF 1930 mentionne l’existence d’une province de Madagascar avec une troupe à Tamatave et deux à Tananarive.  En 1926, le RP Derville lance aussi une troupe Scouts de France à Fianarantsoa dans le vivier d'un petit séminaire florissant.

En 1948, la 1re Ambatondrazaka est composée que de Malgaches, et des nominations officielles de chefs ont lieu à la 2e  Andohalo et à la 6e  Faravohitra à Antananarivo.

En 1957, le scoutisme catholique malgache continuera et devient Antilin'i Madagaskara.

Actuellement elle compte plus de 9 000 membres à travers le pays.  Les jeunes sont accueillis au sein des 170 groupes répertoriés officiellement répartis dans 21 diocèses. Les jeunes sont essentiellement issus des couches moyennes de la société Malgache.

           

Suite au renouvellement du partenariat entre l’Antilin’I Madagascar(AIM) et le Scoutes et Guides de Frances (SGDF), effectué en 2013, et suite à l’évaluation globale du partenariat au projet entre compagnons et Mpiandalana, un projet d'accueil des compas est prevu pour 2014 en partenariat avec les Mpiandalana.

FH040003

Une équipe de Projet Accueil Compas (PAC) est créé au niveau de l’équipe des relations internationale de l’Antilin’I Madagasikara pour accompagner les mpiandalana et les compagnons dans la mise en place de leur projet.

Cette équipe, avec l’aide de l’équipe internationale des Scouts et Guides de France, a pour mission de :

-  Accompagner les mpiandalana dans la création de leur projet 

Mettre en relation l’équipe mpiandalana et l’équipe compagnons.

-Créer et faciliter les échanges entre les mpiandalana et les compagnons.

Garantir l’atteinte des objectifs pédagogiques et objectifs de projet fixés.

-Evaluer le projet

 

equipe 

Adresse mail de correspondance à utiliser en pour tout échange entre mpiandalana et compagnons :

  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.